Nous avions déjà eu la chance de découvrir le Nobu Los Cabos, cette fois-ci c’est à Londres que nous nous attablons à la table du chef Nobu. Coup de bol ! Le soir de notre dîner le chef était en salle et cuisine, une chance de rencontrer cette personne chaleureuse, emblématique de la gastronomie japonaise dans le monde.

Installé au sous-sol de l’hôtel Nobu Shoreditch où nous séjournions, le restaurant en jette avec son long comptoir boisé donnant sur les cuisines agitées mais silencieuses de l’adresse. Plus loin, une vaste salle dinatoire, débouchant sur un bar à DJ, où sont sirotés des cocktails à base de saké. Le Restaurant est évidemment la star de l’hôtel. En pleine période de fête, le menu « festif » se décompose en une succession de plats « signature » de Nobu qui nous guideront le temps d’un repas (quel soulagement de ne pas avoir à s’adonner au jeu de « pick and choose « dans un menu particulièrement vaste).

Un ensemble d’assiettes tournées vers la mer, fraiches et puissantes, e succéderont à notre table. Parmi les propositions du set menu :

Un cocktails au saké, servi avec un roll de légumes enroulés dans une nori pour ouvrir le bal de la soirée. S’en suivra, une trilogie d’entrées, constituée de d’une remarquable proposition de caviar, servi dans sa boîte originelle, et couché sur un lit de pomme de terre travaillée en purée. Il est accoudé d’une petite salade japonaise fraîche et deux tranches de sashimis.

Quelques sushis, façonnés sous nos yeux par la sushis-master en face de nous s’inviteront à notre table à la chaire d’une fondance incomparable (nous étions installés au comptoir). En grande entrée pour poursuivre : des Saint-Jacques épicées et pimentées, servies avec des choux de Bruxelles : la cuisson de la chaire est remarquable et vient créer des moments de parfaite symbiose avec les choux de Bruxelles encore tiède.
En plats principaux : un boeuf Wagyu laqué au miso, reluisant de beauté, servi avec des légumes déglacés et surplombé de quelque copeaux de truffe : une assiette fabuleuse, d’un équilibre dans pareil. Et l’incontournable black cod, déjà découvert à Los Cabos : une assiette signature à mettre dans sa bucket list !

Pour clôturer le versant salé, une soupe de champignon, dont de délicieux enoki pataugeant dans un bouillon qui définit à lui seul l’umami.

On bascule sur le versant sucré avec une assiette de fruits tropicaux servis avec une boule de glace coco : bilan carbone violent, probablement le pire écart de notre année au restaurant, mais assiette très esthétique et rafraîchissante pour une fin de repas et on prend du plaisir.  De l’autre côté, un fondant au chocolat, servi avec un mousse de whisky, une glace au shiso, le tout sur un crumble de poudre de cacao brute. Une explosion de saveur en bouche, portée sur le terreux, pour un dessert racé et très masculin.

Quelques mignardises cacaotées pour terminer.

Il faut un certain budget pour vivre un repas chez Nobu, mais le prix justifie l’expérience ! Les produits sont de grande qualité, le cadre unique et le dîner immersif ! Si vous le pouvez, partez sans reculer sur le set menu, parfaitement équilibré et permettant de synthétiser la carte très complète de ce restaurant d’exception.

Adresse : 30 Willow St, Hackney, London EC2A 4BH, Royaume-Uni

Retrouvez notre article sur l’Hôtel Nobu à Los Cabos et son restaurant Nobu. Pour une version plus healthy, le Malibu Farm restaurant situé dans l’hôtel.