Le Malabar de l’empire Bourdoncle : restaurant et bar-terrasse

11, Juin, 2017 | 7ème, Arrondissements, Bar à cocktails, Boire, Français, J'ai eu ma paie, Manger, Paris, Ptits déj / brunch, Terrasse

Note

Le¬†Malabar¬†est venu s’installer au¬†89 rue Saint-Dominique,¬†tr√®s prestigieuse rue du 7√®me arrondissement, qui ne compte pas moins de deux restaurants √©toil√©s,¬†des p√Ętisseries haut de gamme¬†et¬†des restaurants bistrononiques¬†√† tomber. Encore une fois nous √©tions tomb√©s par hasard, en plein moi d‚Äôaout, sur cet endroit fraichement ouvert. Nous avions √©t√© attir√©s par la d√©co du restaurant atypique et chaleureuse et l’ambiance qui s’en d√©gageait. Curieux nous avions d√©cid√© de venir un soir pour y siroter un cocktail.

La carte arrive, une charte graphique r√©tro-branch√©e, une typo sympa et un choix assez large de boissons. En y regardant de plus pr√®s on sent venir l’entourloupe, un sentiment de « d√©j√† vu » nous envahit soudainement. Serions-nous tomb√©s une fois de plus sur un restaurant / bar de¬†Thierry Bourdoncle¬†sans m√™me le savoir ?

Ni une ni deux nous approchons un serveur pour lui poser ouvertement la question: il nous r√©pond au tac au tac « mais comment le savez-vous ? »

Nous le savons tout simplement car¬†Thierry Bourdoncle¬†applique √† tout ses bars/restaurants la m√™me recette, la m√™me d√©co, le m√™me type de management, de s√©lection culinaire et de mode de gestion… Plusieurs serveurs, tr√®s efficaces en terme de rentabilit√© temporelle qui prendra votre commande une seconde apr√®s votre arriv√©e histoire de ne pas monopoliser la table trop longtemps. Une carte de brasserie assez simpliste proposant des plats relativement abordables et accessibles √† tous. Les serveurs sont g√©n√©ralement assez d√©sagr√©ables : c’est d’ailleurs la seule exception √† soulever au¬†Malabar¬†, car nous avions √©t√© relativement bien re√ßus ce qui est tr√®s loin d’√™tre le cas dans certains autres √©tablissements.

Difficile de cacher notre d√©ception apr√®s avoir eu notre r√©ponse, non pas que le lieu nous d√©plaise, simplement ce sentiment d√©sagr√©able d’√™tre bern√©s. Nous choisissons quand m√™me de commander un cocktail histoire de ne pas √™tre venus pour rien. Les deux arrivent dans des verres ludiques et travaill√©s avec un couvercle en acier estampill√© √† l’effigie de l’endroit. Le liquide est comprim√© dans un petit bocal en verre du type bonbonni√®re des ann√©es 1920. Le rendu est assez sympa et sort des classiques verres √† cocktails.

Nous aspirons une gorg√©e : c’est bon sans √™tre transcendant. Une saveur fruit√©e et citronn√©e, un alcool assez quelconque et peu pr√©sent. Bref un cocktail assez banal que l’on a envie de payer 5 √† 8 euros max. Malheureusement nous savons que la note sera plus sal√©e, puisque l’on paye au¬†Malabar¬†la modique somme de 13,50 euros pour un cocktail somme toute assez m√©diocre qui ne procure rien √† nos papilles. Un prix clairement excessif en comparaison avec les d√©licieux cocktails sophistiqu√©s ¬†du¬†Castor Club. Ici pas de twist, pas d’ingr√©dient qui vient vraiment faire la diff√©rence… Comme d’habitude dans les trop nombreuses adresses de l’empire Bourdoncle (Caf√© Mabillon, Pub St Germain, Lipp,¬†Hibou,…) , qui misent davantage sur le superficiel (branchitude, d√©co cool, beaux serveurs, spot √† passage) que sur la qualit√©, l’originalit√© et l’authenticit√©.


En r√©sum√©:¬†vous trouverez au¬†Malabar¬†une gamme correcte de cocktails n√©anmoins beaucoup trop chers par rapport √† leur valeur r√©elle. Ce gros moins est l√©g√®rement pardonn√© gr√Ęce au lieu qui s’av√®re √™tre tr√®s sympathique, bien espac√© et am√©nag√© avec une d√©coration bois√©e et moderne. Une terrasse entoure le restaurant qui est se situe √† l’angle de deux rues. Un plus en √©t√©, certes !


Le Malabar