AG les Halles, le 2ème restaurant d’Alan Geaam

25, Juin, 2017 | 1er, Bistronomique, Français, Manger, Non classé, Paris, Rive Droite, Terrasse

Note

Nous avons eu la chance d’assister au slow opening du nouvel établissement AG les Halles. Nous connaissions déjà l’A.G Saint Germain, certainement le restaurant qui porte les plus belles valeurs bistronomiques du quartier, et c’est avec grand plaisir et admiration que nous vous partageons notre belle expérience renouvelée mais cette fois dans le 1er.

Le restaurant, caché dans une petite rue des Halles, partage le même pavé que le très appréciable Pirouette. Tandis que la devanture annonce un restaurant soigné et moderne, on pénètre dans une pièce toute en longueur constituée d’un long bar à gauche avec quelques tables basses, permettant d’intelligemment scinder l’espace « bar » et « restauration ». Le mobilier et la décoration ont été choisis avec goût, on reconnaît d’ailleurs quelques belles pièces contemporaines, l’endroit est définitivement chaleureux et donne envie de s’y attarder.

Après avoir siroté un délicieux cocktail revisité et un verre de vin blanc, idéal pour commencer et délier notre palais engourdi d’une dure journée, on croque dans de la cochonnaille bien affûtée (saucisse de Porc Saint-Géry)…

On resterait bien deux heures à philosopher, mais il est temps de passer au dîner et c’est dans la seconde pièce, plus éclairée que ça se passe. On se fait accueillir par un palet au fromage et citron mascarpone, un petit délice parfumé, parfait pour démarrer en beauté. On reconnait ici la générosité du chef, qui met un point d’honneur à accompagner ses gourmets tout au long du repas de notes gourmandes et toujours très plaisantes.

Vient ensuite notre seconde pré-entrée, constituée d’un tartare de bar, accompagné de fenouil de pommes croquantes granny smith, une grignotade fraiche et pleine de peps, parfaitement présentée dans une assiette graphique, dont la forme rappelle les coquillages.
L’entrée, plus classique, témoigne de l’importance accordée aux saisons : les ravioles de foi gras et butternut sont en effet débordantes de générosité, c’est gourmand à souhait on en redemanderait presque !

On enchaîne avec un filet de maigre et son riz noir parsemé de couteaux et de feuilles de trèfles et d’une émulsion d’étrilles racée et aromatique. On en profite pour souligner la qualité de la vaisselle de porcelaine choisie, Pordamsa qui marque une fois de plus l’importance qu’accorde le chef à tous les détails.

Mon acolyte préféré, fraichement rentré, se laisse tenter par une belle pièce de bœuf accompagnée d’un cromesquis de panais (on retrouve la saison) et d’un petit jardin de légumes déglacés au beurre qui témoignent de la meilleure des gourmandises. Les légumes, pour la plupart biologiques viennent de chez Thiron et Huistric, on apprécie l’effort du chef de sourcer au maximum ses produits, en intégrant les traceurs clés à sa carte.

Repus, on ne s’attendait pas à être face à un si joli charriot de fromages, tout droit venu de la maison Sanders. On se laisse aller (symboliquement) à deux petits morceaux d’Abondance et Brillat Savarin, de très belles bêtes aux saveurs de noisette. On en vient presque à se mordre les doigts d’avoir terminer tous nos plats.

Le charriot de desserts n’était ce soir là pas encore en place (heureusement) mais nous avons eu la chance de gouter une très jolie brioche rhumée, accompagnée de fruits et d’une fleur de violette (un marqueur clé de la cuisine d’Alan) ainsi qu’un dessert plus chocolaté, accompagné de nougatine d’une indécente gourmandise !


Pour conclureon retrouve sans surprise chez A.G une cuisine savoureuse, généreuse, et bien troussée. Les saveurs sont franches mais sans excès. Alan Geaam et c’est là toute sa personnalité, n’y va pas à coups de demi-mesures et proposent aux gourmets qui s’accoudent à sa table une expérience globale des plus appréciables.
Petit conseil d’ami : courrez-y avant que toutes les tables ne soient prises…


AG Les halles