L’office, table vivante et audacieuse

6, Fév, 2019 | 9ème, Bistronomique, J'ai eu ma paie, Paris

Il fallait arriver sur la fin d’année pour se voir servir l’un des plats les plus marquant de l’année 2018…
Le restaurant pourrait prôner le concept de Farm to Table mais ne fait pas… pourtant, l’adresse portée par le passionnant et exigeant Charles Nikitis utilise les produits de sa ferme acheminés régulièrement pour alimenter son restaurant.

A l’intérieur, ambiance sobre mais chaleureuse, avec des points de lumière chaud, quelques attentions végétales et un joli comptoir en faïence meublant élégamment l’espace.
En sous-sol, la cuisine, tenue par le jeune et talentueux chef Charley Breuvart passé par de belles maisons. 

Un menu concis, réjouissant aussi bien les becs viandards, poissonniers et végétariens, avec des possibilités d’adaptabilité aux régimes spécifiques (végan, sans gluten…).
Derrière la carte de vin, qui fleure bon la biodynamie et le nature, Gwillherm de Cerval, récemment mis sur le devant de la scène grâce à l’émission Très Très Bon de François Régis Gaudry, où nous avions goûté les glaces de la Glacerie avec la délicieuse Valentine Oudard.

 La carte, cultive le métissage, avec un menu voyageur et audacieux à l’image de nos entrées :
Œuf en meurette, lard, gelée pimentée, et butternut pleine saison à la cuisson maîtrisée, champignons vinaigrés et jus de volaille (remplacé sur demande par un jus végétal). Deux propositions intéressantes, gourmandes et pepsées pour une entrée en matière alléchante. 

Nos plats seront grands et vaudront le coup de fourchette ! Surtout les Saint-Jacques adossées à du tapioca infusé dans un jus coriandre, avec un condiment citron confit, nashi et fenouil et du quinoa soufflé et torréfié,
Un plat déroutant, gourmand et floral, mettant sur le devant de la table le tapioca, souvent boudé dans les cuisines françaises mais pourtant plein d’intérêt, surtout travaillé de cette façon !
Plat signature oblige, mon acolyte fera un important écart à son régime fléxitarien, avec le filet de bœuf Wellington, cuit à 218°C précisément pendant 12 minutes accompagné d’une mousseline de pomme de terre ratte, sauce au poivre vert de Kampot. Une assiette masquant par son aspect, la complexité des techniques cumulées pour aboutir à ce résultant.

Bien que rassasiés, impossible de passer à côté de la tarte au citron de la Maison Sitron « sans gluten » ayant un indice d’acidité fort (donc qu’on adore).
Et une tartelette, chocolat, tonka, thé Sencha, recommandé puis approuvée grâce à sa puissance en chocolat de qualité allié à une légèreté en bouche apporté par le Tonka.


Pour conclure :

Assiettes dressées au cordeau, produit ultra-frais et souvent locaux, recettes audacieuses et voyageuses, service efficace et prix accessibles : l’assurance d’un très bon moment passé à l’Office.


 

L'Office

3 Rue Richer, 75009 Paris, France