Café Sillon à Lyon, un néobistrot aux airs d’ailleurs : coup de cœur

11, Juin, 2017 | Evasion, France, Lyon

Note

Chaud devant, coup de cœur en approche ! Remerciements officiels à Radio Nova et son excellente émission « Je Mange donc Je Suis » pour nous avoir aiguiller vers le Café Sillon, à Lyon, qui mériterait à lui seul l’aller-retour depuis notre cher arrondissement parisien…

Ce café, moderne dans l’âme, est à l’image du  jeune chef des lieux, Mathieu Rostaing, qui avait déjà fait ses preuves lorsqu’il décide de partir en exploration culinaire à travers le monde. Et quel bien lui en a pris : si  le résultat s’éloigne en effet largement des codes de la bistronomie lyonnaise, la cuisine se rapproche elle de ce qu’il y a de plus essentiel aujourd’hui : de la curiosité, des émotions et du plaisir. Cette cuisine est un exemple de la façon dont un chef peut et devrait s’irriguer de la richesse des cuisines du monde et des possibilités offertes par les nombreux ingrédients mis à disposition par la nature, et trop souvent méconnus, sans  oublier d’exprimer sa propre personnalité, pour créer tout le liant et la cohérence donnant à l’ensemble son caractère et sa perfection. Intelligemment réalisée, sa cuisine est pleine de bon sens, franche et incisive pleine de virtuosité.

Jugez plutôt:
Entrées
– Asperges blanches, consommé de crevettes fumées, kombu, moutarde noire, sureau et ail des ours
– Omble chevalier mariné, petit pois, concombre, crème prise, sarrasin et navets

Plats
– Saint-pierre, coques, betteraves, rhubarbe, radis, olives et menthe des marais
– Cochon du Cantal, pois chiche, cébettes, fenouil, marmelade de mandarine et poutargue

Desserts
– Biscuit, pâte de citron, pistache de Bronte, sorbet agrumes et herbes
– Confiture de tomates, crème d’amande et sorbet sauge

On vous épargne les détails, et vous invite à faire un tour sur les photos qui parlent d’elles-mêmes. Pour chaque proposition, un détail improbable vient éveiller notre curiosité et attiser nos sens. Cette créativité débordante trouve tout son sens dans la justesse de sa mise en œuvre : elle se niche, insoupçonnée, dans chaque recoin de l’assiette, dans laquelle les ingrédients, même le plus anecdotique, trouvent leur place. Mention toute particulière aux deux entrées qui malgré leur apparente simplicité, témoignent d’une complexité d’association de saveurs assez bluffantes.
Si elles marquent un sans faute, les plats tiennent eux aussi toutes leurs promesses tandis les desserts sont un poils en dessous: léger manque de relief pour le roulé au citron qui n’a pas vraiment d’intérêt gustatif. L’autre dessert à la tomate s’avère pour le coup être beaucoup plus intéressant, la confiture de tomates jaunes s’associant parfaitement et étonnamment avec le caramel et le sorbet à la sauge.

Le décor et l’ambiance générale sont tellement cosi qu’on aura du mal à se lever et partir, même après plus de 2h passées sur place. Les cuisines, semi-ouvertes, permettent d’être connectée à l’agitation palpable mais sereine en cuisine, tandis que le service est juste, direct, agréable et bienveillant. On profitera donc de la présence du très bon café Moxka, café hipster/bobo phare de Lyon, pour prolonger notre séjour… On repartira finalement avec cette sensation de bien-être typique qui suit un bon repas, mais aussi cette impression d’avoir fait des découvertes et voyager le temps d’un menu, pour seulement 35€ (s’agissant d’un jour férié, le prix du soir était en vigueur, le menu déjeuner est habituellement à 22€). Un rapport qualité/curiosité/plaisir/prix imbattable : on aimerait pouvoir mettre ce Café Sillon dans la valise, pour l’installer dans son quartier, juste en bas de chez soi…

Cafe Sillon