Le Wine Bar des Marolles, maison belge raffinée au caractère naturel

26, Juin, 2017 | Belgique, Bistronomique, Europe, Evasion, Français, J'ai eu ma paie, Manger

Note

Le Wine Bar des Marolles, tenu par Vincent Thomaes, est un endroit singulier niché au cœur du quartier des Sablons. On ne pousse pas la porte de cet édifiant établissement sans savoir qu’on y prépare de très bons plats roboratifs, au caractère bien trempé, accompagnés de liquides naturels et enchanteurs. S’entrechoquent ici des plats classiques du terroirs, parfaitement maîtrisés, et la modernité d’une belle sélection de vins natures parfois décoiffant (400 références).

Entre tableaux bien chinés et antiquités, les gourmets s’installent à leur table et découvre une carte tradi droite et ficelée, ou oscillent des plats tels que Saucisse de Morteau aux lentilles vertes du Puy , joue de bœuf de l’Aubrac braisée au vin rouge, ou autres rognons de veau. Bien qu’ayant une dominante carnée, les flexitariens y trouveront aussi leur compte (preuve en est !).

De notre côté, on démarrera notre épopée gastro-vinicole avec un Prosecco bien senti Via Larghe 01, beurre maison baratté en Belgique par le maître des lieux, et un pain de campagne généreux qui fleure bon le blé ancien. Mention spéciale pour ce beurre particulièrement gourmand, qui s’exprimera et évoluera tout au long de la soirée…

On enchaîne ensuite sur le carpaccio de daurade royale piment d’Espelette et zeste de citron vert (15€). Léger, onctueux et frais, il sera parfaitement accompagné par un  Riesling carrément racé de Clemens Bush.

Ensuite les chemins se séparent avec d’un côté un dos de cabillaud Royal, purée et légume (26€) et de l’autre un Canard sauvage, sauce à l’orange, gratin Dauphinois (22€). Ces deux plats principaux, très classiques jusque dans le dressage se révèlent être extrêmement gourmands et parfaitement réalisés. La cuisson du cabillaud était bluffante, avec une chaire se délitant à merveille sous la rondeur de ma fourchette ; celle du canard, rosée à cœur. Côté accompagnements, mention spéciale pour la purée de pomme de terre, détrônant le temps d’un soir celle de Robuchon.
Pour accompagner ces chaires, notre sommelier me proposera pour la version iodée un Mâcon Soluté-Pouilly 2015 de la très belle maison Nadine Ferrand, et pour la version carnée nous ferons la découverte d’un Fricando‘ 2015 du domaine Al di là del Fiume, un remarquable vin orange vinifié en amphore.

Bien que repus et guillerets, on se laissera tenter par une douceur sucrée, avec d’un côté de l’ananas rôti au caramel et glace à la vanille, et un pain perdu poire caramel et glace caramel beurre salé. Dans les deux cas nous ferons face à de beaux desserts, dressés et généreux même si on aurait pu les souhaiter un poil plus légers.
Nos verres de Rivesaltes Ambré du Domaine de Rancy viendront couronner le repas avec douceur.


Pour conclure : De la décoration à l’assiette, en passant par l’indéfectible expérience du patron, le Wine Bar des Marolles est définitivement un lieu plein d’âme et bourré de caractère.
Allez-y donc les yeux fermés, vous ressortirez de l’endroit en ayant aussi bien mangé que bu !


 

Le Wine Bar des Marolles