L’Arpège : Apogée gustative végétarienne triplement étoilée

25, Juin, 2017 | 7ème, Arrondissements, Gastronomique, J'ai gagné au loto, Manger, Paris, Tops

Note


Renommé : évidemment. Intimiste : bien-sûr. En décalage : ce n’est plus à prouver…


Cet article n’est pas destiné à vous convaincre {ou non} de dépenser beaucoup d’argent pour un menu végétarien, mais bien de donner notre avis sur ce que nous avons été amené à gouter durant notre incroyable périple à l’Arpège

Le génie d’Alain Passard ne passe pas inaperçu dans le petit monde de la gastronomie élitiste. Amoureux de son image, de sa vision de la cuisine et des produits qu’il cultive sur ses terres françaises, nous rêvions depuis plusieurs années de pouvoir décortiquer chacun des plats servis du menu végétarien d’Alain Passard à L’Arpège.
Les 30 ans de Sidney et l’immense générosité de Louise auront exhaussé nos souhaits… C’est ainsi que nous avons découvert avec envie et ébahissement cette sublime adresse, qui fêtait alors ses trente années d’existence : de 1986 à 2016 (coïncidence ou coup monté ?!). Outre l’incroyable qualité des plats proposés, l’établissement dévoile ses atouts Art Déco, avec de très beaux panneaux de verre Lalique d’origine et du mobilier de bois exotiques – de quoi me donner envie de replonger dans mes classeurs d’étude de recherche en Histoire de l’Art.

À la fois décomplexé mais d’un niveau d’exigence qui pardonne tout, l’Arpège se joue de ses clients qui acceptent de philosopher et s’émerveiller devant un burger et un couscous revisités, constituant les plats principaux d’un menu gourmand et sans préjugé…
Durant notre périple, nous avons parcouru monts et marées, pour passer de saveurs naturellement iodées, à des délicatesses gustatives comme la vie nous en proposera peu dans une vie. Chaque élément avait sa place dans les assiettes : parfois franches, parfois subtiles, les saveurs oscillent et défient les plus connaisseurs… Du velouté fumant à la flouve de prairie, en passant par les fines ravioles potagères multicolores et leur consommé automnal, pour finir sur l’incroyable tarte aux pommes bouquet de rose… chaque proposition sera une découverte !

Tout cela est sans parler du sommelier qui servira précisément l’inverse de ce que vous demanderez, défiant les connaisseurs de notre table avec aplomb et justesse…


ConclusionOn s’amourache de ce triple étoilés qui mène son bateau sans se soucier des préjugés, tendances ou autres convenances  – Menu sans protéines animales, chef qui sillonne la salle comme s’il était dans son salon un samedi soir, ou encore mignardises qui arrivent avant le café…
Merci Chef pour cet incroyable moment de liberté culinaire… ! 


L'Arpège