La Laiterie Sainte Clotilde, charmant bistro de quartier

11, Juin, 2017 | 7ème, Bistronomique, Français, J'ai eu ma paie, Manger, Paris, Rive Gauche, Terrasse

Note

Perdues ce soir là sur une terre hostile aux restaurants, dans le triangle des Bermudes du Grand Palais, nous décidons avec le Grumeau de traverser la Seine pour se rendre Rive Gauche, où la Laiterie Sainte-Clotilde nous avait gardé une table.

Confortablement installées dans ce restaurant de poche, aux larges baies vitrées et aux chaises boisées, on apprécie le cadre très néo-bistrotier à la décoration semi-industrielle : chaises d’écoliers, formica, lumières tamisées s’acoquinent à merveille. Le propriétaire a du goût pour d’une part avoir délaissé la Rive Droite et être venu poser sa cuisine Rive Gauche ; mais pour avoir en plus ouvert à une porte de là un second restaurant chez Graff.
L’objectif de La Laiterie est clair : proposer aux affamés du quartier une cuisines simple, de saison, raffinée, à des prix très corrects ! Au déjeuner, deux menus à 20 et 25 euros, le soir c’est à la carte (comptez dans les 30 euros).

Après avoir commandé un verre de Risling, on découvre la carte, constituée de quatre entrées, trois plats et cinq desserts.
On opte pour un merlu lardo di colonata et asperges. Un filet de poisson généreux et dodu arrive trônant sur un lit d’asperges épaisses, baignant dans un bouillon, lui même parsemé de quelques petit pois charnus et croquants. Rien à redire sur ce plat, une juste cuisson de la chaire du poisson, un bon assaisonnement avec un bouillon que l’on vient gentiment saucer à la fin avec du pain frais et croustillant, une belle réussite quoi ! C’est simple, efficace, ça tape dans le mille. Tarifé 20 euros le soir, ce plat remporte nos hommages.

En dessert, la tarte ricotta fraise nous met l’eau à la bouche. Ce dessert nous surprend pour sa légèreté et surtout pour sa pâte au sésame noir. Le fumé de cette graine apporte à ce dessert un twist assez bluffant, on en attendait moins… et pourtant. Les fraises sont délicieusement parfumées, et mûres à point ; elles témoignent d’une volonté de bien sourcer les produits.


En clair, la Laiterie Sainte-Clotilde réutilise les codes de la bistronomie française, en y apportant une touche de modernité particulièrement appréciable. Ce restaurant rompt avec les codes du quartier en proposant une cuisine franche et sincère, pleine de bon sens et de spontanéité.


La Laiterie Sainte Clotilde