American Ouais : spot burger du 6eme, à éviter !

11, Juin, 2017 | 6ème, Abordable, Arrondissements, Burgers, Paris

Note

Vous auriez vu notre tête quand on a su qu’un nouveau spot à burgers trendy ouvrait dans le 6ème. Nous y sommes allés le sourire aux lèvres, persuadés qu’une nouvelle bonne adresse venait de s’installer autour du marché Saint-Germain.
Après avoir découvert le lieu qui jouit d’une surface assez idéale et originale, double salle en contrebas, poutres apparentes, on prend place sur de fausses chaises Eames patchorkées. La déco, très scandinavian vibes, est agréable et sait facilement se faire oublier.

Le serveur, malgré de la bonne volonté est un peu mou du genoux, il nous apporte la carte pendant que nous échangeons quelques mots avec lui pour connaitre tous les détails de cette nouvelle ouverture. Il nous explique que c’est le propriétaire du Pétula, qui a ouvert l’American Ouais, et là c’est le drame: ce restaurant qui tourne depuis plusieurs années avec la fourchette, nous avait laissé un amer souvenir sur la langue. A deux doigts de partir, on veut quand même laisser sa chance aux produits: un petit encadré, en bas du menu nous fait de l’œil précisant la provenance des produits (viande de bœuf française de Salers, fromages AOP et AOC, pains et buns de Gérard Mulot, et desserts maison, avec la précision « tous nos produits arrivent bruts et sont travaillés chaque matin »). On se dit que pour le prix (12,50€ burgers et plats) nous n’avions pas grand chose à perdre et presque tout à gagner.

On décide donc de rester en commandant un Yakee Bacon Burger (bœuf haché, cheddar, bacon, BBQ) et une little italy salad (légumes du soleil, mozza, basilic frais) en double portion. Premièrement il convient de préciser que les burgers nous déçoivent sur le papier en terme de créativité, le plus osé reste le crabe cake burger mais qui voudrait d’une galette de crabe dans son burger ? Quand on décide d’ouvrir une adresse monomaniaque, dont l’offre est déjà saturée, il convient à minima de revisiter au moins partiellement le concept…. Mais ici aucune trace burgers réinventés.

Les assiettes débarquent après pas mal d’attente alors que le restaurant était quasiment vide, un hamburger d’apparence classique plutôt peu gourmand, sans aucune originalité, le serveur nous demande même si le chef ne s’est pas trompé tellement le bacon semble absent. Des frites clairement mollassonnes et deux feuilles de frisée qui font un duel. Dès le premier croc le verdict est jeté: des frites sous-cuites et une pomme de terre première gamme farineuse et sans saveur, une viande qui se tient plutôt bien entre deux tranches d’un bon pain à burger certes, mais largement dévaluée par la sauce BBQ loin d’être home made. Reste un coleslaw assez surprenant car fait maison, sobre mais plaisant. En somme, ça se mange mais sans plaisir particulier.
La salade, elle aussi très simple, semble avoir oublié le concept du mot: chez Américan Ouais il faut tout prendre au pied de la lettre, bien que le plat s’intitule Little Italy « Salade », la parenthèse ne précisant pas l’absence de cette dernière dans l’assiette, gare au client voulait de la salade dans sa salade. Côté produits les tomates n’ont visiblement jamais vu le soleil et ne sont pas vraiment de saison, la mozzarella probablement industrielle a certainement été achetée au carrefour d’à côté, même la sauce basilic parait surfaite. La salade jette déjà un froid sur le repas, il ne manque plus que le pain surgelé pour saucer et atteindre le comble de la médiocrité. Le débat est ouvert: comment peut-on acheter du pain surgelé quand on a quatre des meilleures boulangeries du quartier à moins de 100 mètres ?

Le clou final de l’horreur culinaire est attribuée à la gaufre en dessert, préalablement conseillée par le serveur qui pris la peine de préciser que c’était « la femme du patron qui la faisait ». Les photos parlent d’elles-mêmes, malgré la montagne de glace vanille la laitière et les banane découpées en rondelles, ce cache-misère ne suffit pas à dissimuler une gaufre complètement rabougrie et caoutchouteuse, moins bonne que la fourchette basse des gaufres industrielles, on en vient a regretter celles distribuées dans le métro !


En résumé: vous l’aurez compris l’American Ouais est à l’image de son nom, cliché, peu inspiré, cheap et sans aucun intérêt. Nous sommes outrés par ce manque de professionnalisme et d’intérêt pour la cuisine. Pour les bons burgers des alentours qui respectent la gastronomie, on se tournera donc vers Loulou Friendly Dinner ou Judy !


American Ouais